Société civile – activité de marchand de biens

Actualité
du 22 Février 2021
Henri
LEYRAT
Animateur Scientifique AUREP

Une société civile immobilière que se livre de manière habituelle à des activités d’achat-revente d’immeubles constitue une société de marchand de biens (CAA Marseille, 4 févr. 2021, n° 19MA01430) :

 

Dans cette affaire, une société civile immobilière, dont l’objet social comprenait « l'acquisition, la gestion et l'administration des biens immobiliers », s’était livrée entre 2012 et 2014 à quatre opérations d’achat d’immeubles suivi de leur revente.

De surcroît, l’associé majoritaire de la SCI, par ailleurs gérant, exerçait à titre personnel une activité de marchand de biens dans le cadre d’une EURL, mais aussi en qualité d’associé d’une SARL.

 

Pour la Cour administrative d’appel de Marseille, l’activité d’achat-revente est habituelle, quand bien même le gérant de la SCI avait occupé certains des biens acquis en tant que résidence principale pour quelques mois. Elle est aussi exercée dans une intention spéculative, eu égard aux plus-values générées par chaque opération.

 

En conséquence, la SCI répondant à un objet commercial de marchand de biens, « l'administration fiscale a pu estimer à bon droit que ses résultats entraient, d'une part, dans le champ d'application du I de l'article 35 et du 2 de l'article 206 du code général des impôts et étaient ainsi passibles de l'impôt sur les sociétés et, d'autre part, que ces opérations entraient dans le champ d'application de l'article 257 du même code et étaient ainsi soumises à la taxe sur la valeur ajoutée ».

 

Actu 210222

 

Avis de l’AUREP : notons que le Conseil d’Etat a récemment rappelé le principe de l’assujettissement à l’impôt sur les sociétés d’une SCI se livrant à une activité de marchand de biens (CE, 3ème et 8ème ch., 18 mars 2020, n° 425443).

Civil
Henri
LEYRAT
Animateur Scientifique AUREP