AUREP, Spécialiste en gestion de patrimoine

L’AUREP qui est un organisme de formation est reconnu comme l’un des meilleurs en France, si ce n’est le meilleur. Il dispose d’une remarquable équipe pédagogique composée d’universitaires et de professionnels hautement qualifiés. il propose des formations diplômantes et qualifiantes appréciées et recherchées.

L’AUREP a mis au point une méthodologie rigoureuse distinguant audit patrimonial d’une part et ingénierie patrimoniale d’autre part. Les formations sont pluridisciplinaires. Economie, Finances, droit civil, droit fiscal, droit social sont étudiés en raison de leur utilité pour “optimiser la jouissance procurée par la possession d’un patrimoine”. Placements financiers et monétaires, investissements immobiliers et fonciers bénéficiant de régimes fiscaux plus ou moins favorables, sont décortiqués avec rigueur. Ses séminaires d’actualisation patrimoniale, civile et fiscales, régulièrement proposés sont particulièrement appréciés.

Ces préparations se dérouleront soit à Clermont-Ferrand, soit dans d’autres villes. En 2019 ont été choisies Paris, Aix-en-Provence, Lille et La Roche-sur-Yon.

Newsletters AUREP

Les dernières Actualités

  • 10-12-2018

    > Souscription tardive et donation indirecte

    Un homme est décédé en laissant pour lui succéder ses deux filles. Postérieurement au partage amiable de la succession, l’une d’elles a assigné l’autre à propos, notamment, du rapport à succession de près de 65 000 € perçus au titre des capitaux d’assurance vie. Pour la cour d’appel, il n’est pas démontré que « c’est sous l’influence…

  • 03-12-2018

    > Libéralités au conjoint en présence d’enfants non communs

    Un homme est décédé en laissant pour lui succéder son épouse, donataire de la plus forte quotité disponible, et ses deux enfants issus d’une première union. La cour d’appel affirme qu’« en présence de deux enfants issus d’une première union, [le conjoint survivant] ne peut prétendre qu’au quart en pleine propriété des biens de la succession »,…

  • 26-11-2018

    > Dation en paiement de titres et report d’imposition

    En 1985, une femme a reçu de son père par donation des titres de sociétés dont elle a fait ultérieurement apport, en 1993, 1996 et 2005, à une SAS. Les apports réalisés en 1993 et 1996 ont fait l’objet d’un report d’imposition de la plus-value (CGI, art. 92 B) ; l’apport réalisé en 2005 a bénéficié…

Ils nous font confiance